logo


L’hôtellerie et le shopping français déçoivent les étrangers

Image disponible sur: esprit client

Selon une étude du ministère de l’Economie publiée mardi, l’hébergement hôtelier proposé en France déçoit une partie de la clientèle étrangère, tout comme l’offre de shopping, en particulier parmi les clients venus du Brésil, de Russie, d’Inde et de Chine et qui découvrent la France.

Si 62% des touristes internationaux se disent très satisfaits et la plupart des autres “satisfaits” de leur séjour en France, première destination touristique au monde, l’engouement reste toutefois nettement plus marqué parmi les clientèles traditionnelles d’Europe, d’Afrique et d’Amérique du Nord que chez les autres, notamment d’Asie, indique l’étude, réalisée avec la Banque de France. Les plus satisfaits sont les Britanniques. Mais le danger d’une érosion des clientèles traditionnelles d’Europe et d’Afrique guette, souligne l’étude de la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS), alors que les Européens représentent 85% des touristes en France.

Seuls 48% des clients d’Asie se disent “très satisfaits” de leur séjour en France. Pour les BRIC, (client du Brésil, de Russie, d’Inde et de Chine) le taux global est de 50%, mais tombe à 39% pour la Chine et 43% pour l’Inde. Parmi les différents types d’hébergement possibles, c’est l’hôtel, hébergement le plus usité, qui “recueille la part la plus faible de touristes très satisfaits de leur voyage“. “L’hôtellerie est moins satisfaisante que les autres formes d’accueil. L’amélioration de l’offre hôtelière est donc un enjeu pour l’attractivité de la destination France“, indique l’étude.

Par ailleurs, les touristes des BRIC qui découvrent la France “sont déçus par l’offre en matière de shopping, au contraire de l’offre culturelle du pays“, constate la DGCIS, évoquant une offre touristique “insuffisamment adaptée aux attentes de ces clientèles“. L’enjeu est de taille, car la clientèle des pays émergents, qui ne cesse de croître, dépense beaucoup, surtout en produits de luxe. L’étude relève aussi une difficulté pour la France à faire revenir certains touristes. La part des Asiatiques disant n’être pas sûrs de vouloir revenir en France est particulièrement importante, souligne l’étude. La DGCIS évoque à terme “une possible érosion de la clientèle étrangère“. Selon la DGCIS, le tourisme urbain, les séjours de courte durée mais aussi la saison estivale sont moins appréciés par les touristes étrangers.   Elle invite donc à “promouvoir des séjours exclusivement consacrés à la France, permettant d’en découvrir les multiples facettes“, plutôt que des formules-circuits en Europe.

Par: TF1

Ainda não foram encontrados posts relacionados.