logo


Le rapport final sur le vol Rio-Paris rendu le 5 juillet

Image: Wikipedia. L’Airbus A330-200 F-GZCP d’Air France atterrit à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle. L’avion s’est abîmé en mer lors du vol 447 Air France.

 

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) rendra public son rapport final d’enquête sur la catastrophe du vol Rio-Paris le 5 juillet prochain, annonce mercredi le gouvernement français dans un communiqué.
Les experts rendront dans ce rapport leurs conclusions définitives sur l’accident de l’Airbus d’Air France qui s’est écrasé dans l’océan Atlantique au large du Brésil le 1er juin 2009 avec 228 personnes à bord.
Ce dossier du vol AF 447 est lourd d’enjeux pour le secteur aéronautique. Air France et Airbus, qui a assemblé l’A330 impliqué dans l’accident, sont mis en examen depuis mars 2011 pour “homicides involontaires.”
Un rapport d’étape établi après la lecture complète des boîtes noires et publié en août dernier a conclu que l’équipage, malgré deux alarmes successives, n’avait pas formellement identifié la situation de décrochage de l’appareil.
Ce rapport a été critiqué, notamment par le Syndicat national des pilotes de ligne et des associations de victimes, qui ont reproché aux enquêteurs du BEA de vouloir protéger Airbus. (Voir ID:nLDE7720O8]
L’épave de l’Airbus a été découverte en avril 2011 au large du Brésil après de longues recherches qui ont coûté au total plus de 35 millions d’euros.
Les boîtes noires ont été repêchées le mois suivant par 3.900 mètres de fond parmi les restes de l’avion.
Un problème des sondes de mesure de vitesse de type Pitot, fabriquées par Thales, qui équipaient les A330 et A340, a été avancé comme une cause possible de la catastrophe.
Fait connu avant l’accident, ces petits tubes placés à l’avant de l’appareil givraient à haute altitude. Les Pitot ont été remplacées par d’autres sondes sur toute la flotte après l’accident.

Par: LesEchos.fr

Ainda não foram encontrados posts relacionados.