logo


Brigitte Bardot s’indigne du “génocide des ânes” au Brésil

Photo: Brigitte Bardot,  AFP/Eric Feferberg

Brigitte Bardot a supplié jeudi la présidente du Brésil Dilma Rousseff de mettre un terme au “génocide animalier des petits ânes”, élevés et abattus pour finir dans l’industrie alimentaire et cosmétique en Chine. Mercredi, elle défendait les loups et les moutons.

Ah, Brigitte Bardot ! Une actrice et chanteuse au charme et talent incroyables. Mais aussi une militante chevronnée de la cause animale. Une facette de son personnage qui a depuis quelques années largement pris le dessus sur toutes les autres. Et elle l’a encore démontré ces dernières heures. En effet, ce jeudi, l’ancienne muse de Serge Gainsbourg a supplié la présidente du Brésil Dilma Rousseff de mettre un terme au « génocide animalier des petits ânes », élevés et abattus pour finir dans l’industrie alimentaire et cosmétique en Chine.

« Moi qui ai tant aimé le Brésil, je suis écœurée, révoltée de voir que ce pays collabore avec la Chine pour tuer, chaque année, 300.000 ânes exploités par l’homme et à qui on devrait fiche la paix », s’irrite l’ancienne actrice dans une lettre rendue publique par sa fondation. « Vous ne pouvez pas en tant que présidente, que femme, qu’être humain, accepter cette ignominie barbare, ce retour en arrière qui entacherait profondément l’image du Brésil », estime Brigitte Bardot. Pire, elle se montre « indignée par ce scandale » qu’elle veut rendre « mondial ». Selon l’association One Voice, qui a mis une pétition en ligne, l’offre de l’âne populaire du Nordeste brésilien excède désormais la demande dans la région. En février dernier, cet animal est devenu un produit d’exportation suite à un accord passé entre Brésil et Chine, qui autorise leur libre échange.

Fin de l’arrêté sur les loups

Mais ce n’est pas le seul animal défendu par le sex-symbol des années 1960. En effet, la Fondation Brigitte Bardot a en effet demandé, mercredi, au nouveau président François Hollande « de mettre un terme définitif à l’abattage programmé des loups en France ». Après les attaques contre des troupeaux de brebis dans les alpages, onze loups pourront être tués en 2012/2013, contre six individus de cette espèce protégée lors de la période précédente, selon un arrêté publié début mai au Journal Officiel. « Au lendemain de l’élection présidentielle, les ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture sortants ont poursuivi la promotion de la destruction d’une espèce animale protégée en faisant signer dans la précipitation et par délégation, le 7 mai dernier, un arrêté ministériel autorisant le tir de 11 loups dans 12 départements français (dont 3 nouveaux) », s’est-elle offusquée.

Selon la Fondation Bardot, « cet arrêté est en totale contradiction avec la Stratégie Nationale pour la Biodiversité 2011-2020 mise en place par la France pour tenter de mettre fin à l’érosion de notre biodiversité qui s’accentue depuis de nombreuses années ». Elle demande également à la nouvelle ministre de l’Ecologie, Nicole Bricq, « de privilégier les moyens de protection des troupeaux de moutons durant l’estive ». Pas de doute Brigitte Bardot aime tous les animaux.

Disponible sur: France Soir (avec AFP)

 

Ainda não foram encontrados posts relacionados.