logo


Renault : les progrès à l’international compensent toujours les difficultés en Europe

Photo: Le Huffungton Post. Le Post  – Archives/MAXPPP

Renault reculait légèrement ce matin avant de repasser dans le vert après la publication d’un chiffre d’affaires trimestriel sans réelle surprise, puisque marqué comme on le savait déjà par un recul de 20% des volumes des ventes en Europe. Malgré le contexte de guerre des prix en Europe, le groupe affiche d’ailleurs un impact mix/prix positif de 2,2 points.

Renault admet que la faiblesse du marché européen, et notamment français, a été plus importante que prévue mais estime que la baisse du marché européen devrait s’atténuer progressivement au deuxième trimestre en fonction des évolutions macro-économiques et d’une base de comparaison plus favorable.

Hors d’Europe, le groupe Renault confirme son dynamisme avec des ventes en hausse de 12,3% au premier trimestre et de fortes progressions en Amérique du Sud à la différence du concurrent PSA. 46% des ventes totales du groupe ont été réalisées hors Europe sur le trimestre à comparer à une proportion de 43% en 2011. Le dirigeant Carlos Ghosn vise cette année un taux de 47%.

Au Brésil en particulier, deuxième marché de Renault derrière la France, les ventes de Renault progressent de 36,5% dans un marché quasi stable, ce qui permet à Renault d’y atteindre une part de marché de 6,8%.

La percée de Renault au Brésil et dans les autres pays d’Amérique du Sud comme l’Argentine, la Colombie ou le Mexique repose principalement sur le succès de la gamme Dacia (commercialisée au Brésil sous le badge Renault). Ce phénomène illustre d’ailleurs la métamorphose internationale du groupe Renault alors que le Brésil n’apparaissait il y a encore à peine deux ans que derrière un pays européen comme l’Italie et à peine devant l’Espagne, deux marchés véritablement sinistrés depuis.

Au niveau des objectifs 2012, rien de nouveau, le groupe au losange confirme son objectif d’un free cash flow opérationnel de l’Automobile positif sur l’année, avec des frais de R&D et d’investissements inférieurs à 9% du chiffre d’affaires. Malgré la baisse de 8% des volumes sur le premier trimestre, Renault vise toujours des volumes de ventes 2012 supérieurs à 2011 grâce à la croissance hors d’Europe. Le constructeur maintient ses projections d’un marché automobile mondial (VP+VU) en croissance de 4% avec un marché européen en baisse de 3 à 4% et un marché français en baisse de 7 à 8%.

Par: Boursier.com

Ainda não foram encontrados posts relacionados.