logo


L’ancien premier ministre de la France souligne le rôle prépondérant du Brésil dans les questions environnementales

MANAUS, BRESIL, le 27 mars 2012 /CNW/ – L’ancien premier ministre français Dominique Villepin a mis en évidence aujourd’hui le rôle de premier plan joué par le Brésil en matière d’environnement et de durabilité lors du 3e Forum international sur la durabilité tenu à Manaus. « Vous êtes le pays des possibilités, et l’Amazonie peut devenir un modèle de développement durable pour créer des avenues économiques », a-t-il mentionné. M. Villepin a salué du même coup les diverses initiatives adoptées par le Brésil, notamment les subventions de secours familial (Bolsa Familia) et la création de parcs nationaux, en plus de s’exprimer en faveur de partenariats régionaux entre le Brésil et l’Europe. L’événement est parrainé par LIDE – Grupo de Lideres Empresariais (Groupe des chefs d’entreprise), et produit par XYZ LIVE.

« Nous devons surmonter les divisions et les conflits, et établir ainsi un plan commun pour protéger les réserves d’eau et les sources d’énergie », ajoute-t-il. « Nous avons besoin d’un partenariat stratégique entre le Brésil et l’Union européenne. » L’ancien premier ministre a également souligné le rôle de médiation et de leadership du Brésil en Amérique latine. « C’est vous qui êtes les plus intéressés et, pour cette même raison, c’est vous qui avez la plus grande responsabilité : assurer l’unité parmi les pays du continent. » Pour M. Villepin, l’Amérique latine n’a jamais été aussi unie et désireuse d’avancer dans la même direction.

Il a indiqué que les décisions en matière de développement durable sont en grande partie dans les mains des pays émergeants, et que ceux-ci doivent choisir entre la confrontation et la collaboration; entre le leadership et l’imitation.

Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace, a ensuite parlé de « la responsabilité des entreprises pour leur empreinte écologique ». Il a invité les hommes d’affaires et les représentants du gouvernement brésilien à s’unir avec les environnementalistes afin de trouver des solutions qui rendront possible à la fois le développement durable et la croissance économique, favorisant ainsi la création d’emplois pour tout le monde. « Nous pouvons faire disparaître les dichotomies qui divisaient le monde jusqu’à aujourd’hui, puisque le changement climatique a des répercussions sur nous tous. Nous devons agir comme une famille mondiale. Si nous ne faisons pas la bonne chose, nous souffrirons tous et les conséquences seront dévastatrices. »

Pour conclure les discussions, l’ancien ministre de l’Agriculture Roberto Rodrigues a donné un exposé sur « l’avenir de l’agriculture à faible teneur en carbone au Brésil ». Il a attiré l’attention sur les initiatives du monde universitaire, en particulier celles de l’Embrapa (Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuaria (Institut brésilien de recherche en agriculture), qui visent à améliorer la productivité de l’agriculture brésilienne grâce à l’adoption de bonnes pratiques environnementales. [News Wire]

Ainda não foram encontrados posts relacionados.