logo


Casino lance le processus de prise de contrôle exclusif du brésilien GPA


Le groupe français s’apprête ainsi à mettre la main sur l’incontestable leader de la distribution au Brésil. Sa filiale commune avec Abilio Diniz avait donné lieu à une bataille financière importante avec Carrefour il y a quelques mois.

Casino pousse ses pions. A l’heure où, en France, le groupe Galeries Lafayette lui conteste la prise de contrôle à 100% de leur filiale commune Monoprix, pour des problèmes de valorisation, au Brésil le distributeur français écrit l’épilogue de la bataille brésilienne qui l’a opposé, il y a quelques mois, à son partenaire local Abilio Diniz. Le président de GPA (Grupo Pao de Acuçar), le premier distributeur du pays, avait tenté de s’allier à Carrefour pour empêcher le processus de prise de contrôle exclusif de son groupe par Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino. Mais ce dernier n’avait rien lâché tandis que les banquiers brésiliens impliqués par Diniz, comme l’Etat, se désolidarisaient de l’action du patriarche, poussant Carrefour à jeter l’éponge.

Pacte d’actionnaires

C’est donc dans la logique d’un calendrier prévu de longue date que Casino a annoncé mercredi soir qu’il entamait le processus de prise de contrôle exclusif de sa filiale brésilienne détenue à 50/50 avec son associé brésilien Abilio Diniz. « Afin de préparer la réorganisation du contrôle » de GPA, Casino « a informé ce jour son partenaire Monsieur Abilio Diniz qu’elle entendait exercer sa faculté contractuelle de désigner le président du conseil d’administration de Wilkes », le holding de contrôle de GPA, selon un communiqué diffusé dans la soirée de mercredi.

Cette décision permettra d’obtenir le contrôle exclusif de GPA « conformément au pacte d’actionnaires de la société Wilkes », explique encore Casino. Reste à savoir désormais comment évolueront les rapports entre Casino et Abilio Diniz. Un porte-parole représentant les intérêts de la famille Diniz a déclaré que le droit de contrôle de Casino avait été établi dans un pacte d’actionnaires et a ajouté qu’Abilio Diniz resterait président de Pao de Acuçar.

Axe de développement

La hache de guerre semble donc bel et bien enterrée et Casino s’apprête à mettre la main sur l’incontestable leader de la distribution au Brésil, l’un des quatre pays très peuplés et en forte croissance sur lesquels le distributeur français axe son développement, avec la Colombie, la Thaïlande et le Vietnam. Gràce à cette opération, Casino, qui réalisait à peine 16% de ses ventes à l’étranger en 2005, prévoit que ses activités internationales généreront cette année 58% de son chiffre d’affaires et 68% de son résultat opérationnel courant.

Par: ANTOINE BOUDET

Disponible sur: Les Echos 

Ainda não foram encontrados posts relacionados.